Un vrai labyrinthe, Venise et ses petites ruelles sont magnifiques. On oublie vite les clichés : carnaval, gondoles, pizzas ; Venise c’est aussi autre chose. C’est un doux mélange d’architecture, de mignonneries, et d’authenticité. On chausse ses meilleures chaussures (sans oublier ses bottes…) et c’est parti pour un weekend à Venise !







2 avions • 1 bus • 3 vaporetto • 3 jours • 7 quartiers • 40 kms à pieds

On profite d’un weekend prolongé de novembre pour partir en amoureux à Venise le temps de 3 jours ensoleillés ou presque. On aura eu de la chance pour le temps puisque la pluie a été parmi nous que le 3ème jour ! Se balader à Venise, ou le paradis du photographe, j’ai adoré ce dédale italien. Entre lieux mythiques, les îles Murano et Burano, et leur palette colorée, Venise a beaucoup à offrir. Puis, j’ai pu cocher Venise en hiver de ma bucket list !


PIAZZA SAN MARCO, PONTE RIALTO, ET PETITES RUELLES

Il y a 7 quartiers et tout est faisable à pieds. On est arrivé par la seule route qui relie Venise au reste de l’Italie – la via della Liberta – vive l’aéroport de Trévise. Donc, on décide de partir à pied jusqu’à notre hôtel et on commencera par se balader dans le quartier de Canaregio. On suit le grand canal, on ne peut pas trop s’éloigner sinon on se perd dans les petites rues et on ne retrouve plus son chemin. Venise est une parenthèse magique.

Une fois nos valises posées, on explore davantage Venise. Le mieux c’est de se perdre dans les petites ruelles (sans valise c’est plus simple !) et s’éloigner des rues principales qui sont bondées. Et qu’est-ce que c’est beau ! D’abord, on va voir la Piazza San Marco, ses pigeons, les touristes et ses cafés. Après deux-trois clichés, on va vers le palais des Doges et le grand canal. Avant d’aller boire un chocolat chaud (et un spritz pour l’amoureux) en terrasse, on joue un peu des coudes pour apercevoir le pont des soupirs quelques minutes seulement. Puis, couché du soleil sur les gondoles amarrées. Je crois que c’est ce que j’ai le plus apprécié.




LES ÎLES MURANO ET BURANO

L’aller simple de Vaporetto (les bateaux bus) coûte 7,50€. Le pass à la journée 20€. Afin de visiter les deux îles, on opte pour la seconde option, même si Murano n’était pas au programme. A mon sens, il vaut mieux faire Murano, qui a un peu moins de charme, avant de se balader à Burano.

Murano est connu pour ses souffleries en verre. Hop, on descend du vaporetto et au lieu d’aller à droite comme tout le monde, on prend à gauche. On comprend vite pourquoi tout le monde allait à droite, on se retrouve en plein milieu de rues complètement désertes – en plus c’était dimanche ! Finalement, direction le centre et les couleurs prennent le dessus. On n’est plus du tout à Venise, l’ocre et le rouge dominent les façades – c’est vraiment chouette.

On ne s’éternise pas trop à Murano pour prendre le vaporetto vers Burano. Pas trop loin du débarcadère, le long du canal on trouve un petit snack. Et, perchés sur des tables hautes, on mange sur le pouce, le soleil nous éblouit. Eh oui, on a oublié nos lunettes de soleil – normal me direz-vous en novembre. C’est hyper agréable et on part ensuite à la découverte de toutes ces façades colorées et pittoresques typiques de Burano.

Il y a plein de jolies histoires concernant ces maisons colorées. Burano est un village de pêcheurs, et, ce sont les femmes qui peignaient les maisons afin que leurs maris partis à la pêche retrouvent leurs maisons. Apparemment, il faudrait une autorisation pour pouvoir changer la couleur de la façade. On comprend vite que c’est fait pour les touristes, et c’est réussi ! Véritable coup de coeur et reposant, je regrette juste d’avoir oublié de recharger mon appareil photo (on ne m’y reprendra plus) !



LES ENDROITS PLUS INSOLITES DE VENISE





Pour notre dernier jour on visite le ‘vieux’ Venise, plus authentique et moins fréquenté – le quartier du Dorsoduro. C’est lundi, les rues sont plus calmes, on découvre de nouveaux points de vue sur les canaux, on traverse de nouveaux ponts pour arriver au quartier Naval : Squero di San Trovaso. C’est donc ici que les gondoles sont réparées, dans ces ‘garages’.

Fun Fact, point culture : avant 1562, les gondoles n’étaient pas toutes noires. Avant la mise en place de ce décret, les gondoles étaient multicolores selon la compétition en vigueur entre les riches vénitiens. Qui avait la gondole la mieux (plus?) décorée ? Depuis ce décret, toutes les gondoles sont noires.

On ne fera pas de tour en gondole, on a préféré découvrir l’île à pieds ! Sachez que si un tour vous intéresse il y a des embarcadères un peu partout. Le prix est fixe : 80€ les 30 minutes pendant la journée. Si vous préférez faire un tour de nuit, il faudra compter 100€. Donc, je ne peux ni vous conseiller ni vous déconseiller le tour de gondole puisque nous n’en avons pas fait. C’est très personnel, nous ne trouvons pas ça tellement authentique et assez cher sachant que l’on peut tout faire à pieds. Question de point de vue.

En revanche, je vous conseille de faire un (dé)tour à la Librairie Acqua Alta. Les eaux montent et les vénitiens sont habitués à ce phénomène. Dans cette librairie, les livres sont dans des baignoires ou surélevés. Il y a du monde et on ne circule pas facilement, mais dans l’arrière cours il y a cet étrange escalier fait de bouquins. Finalement, on sort rapidement mais c’est marrant de voir ces livres dans des baignoires même si je n’ai pas de photos !


Et c’est déjà la fin du weekend et on aura de la chance de retourner à Paris avant une acqua alta mémorable. Retrouvez les bonnes adresses et le guide pratique ici !
Et vous, vous êtes déjà parti à Venise ?




Envie de visiter Venise,
épinglez le city guide sur Pinterest !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Retour haut de page